Pour des raisons techniques et de sécurité, la Maison du Frac, à Piton Saint-Leu, est fermée. Les expositions se déroulent hors les murs. Merci de votre attention.

la programmation

Bikini, Esther hoareau Plus d'images Image 3 Image 4 Image 5 Image 6

Le soleil danse autour de nos têtes
Exposition

hors les murs

Lieu

Salle d'exposition temporaire, Stella Matutina

21 février au 4 avril 2021

Horaires

Du jeudi au dimanche.
Visite libre de 9h30 à 17h30
Médiation de 9h30 à 12h et de 14h à 17h30
Sur réservation pour groupes et scolaires
reservation@fracreunion.fr

Vernissage

Pas de vernissage, conditions sanitaires

Documents à télécharger

LIVRET PEDA LE SOLEIL DANSE AUTOUR DE NOS TETES (569KB)

Le silence est frappant. Dans ces immensités fictionnelles, pas un bruit. (1) L’œil circule d’une montagne phosphorescente vers une rivière glacée, d’une plaine mousseuse vers une grotte de diamants. Puis, au fil d’une traversée rétinienne, le silence laisse peu à peu place aux bruissements : le crissement de la neige sous nos pas, le bourdonnement de la terre, l’eau qui s’écoule le long d’une paroi rocheuse, la pluie nourrissant la boue, le murmure des arbres, le ventre d’une baleine, l’éclosion d’une fleur, le frottement des feuilles de fougères, un frisson, la formation de la rosée, le battement des ailes d’un oiseau, le roulement d’une vague, le vent dans les herbes hautes. Au creux de paysages hybrides, Esther Hoareau nous invite à une écoute des bruissements, des sonorités secrètes et des rythmes du Vivant. L’artiste propose une plongée à la fois mystique et merveilleuse à l’intérieur d’un univers parallèle où le passage de la société humaine est effacé : pas de câbles électriques, pas d’habitations, pas de routes, pas de panneaux, pas de déchets, aucun signe, aucune ruine n’apparaissent. Ces paysages s’inscrivent alors dans un passé ante-anthropocène, un futur proche ou bien dans un territoire inconnu. À travers les photographies, les vidéos, les installations et les œuvres sonores, Esther Hoareau déploie des paysages irréels qui pourtant adoptent des apparences plus ou moins communes. Les paysages intérieurs (Inscapes) font appel à un imaginaire collectif, réellement collectif. « Le paysage est avant tout constitué de relations. Plus exactement il est l’espace des métamorphoses : dans le paysage la nature, le territoire, la vue s’assemblent et en s’associant se transforment. Le paysage est le milieu vivant de compositions instables au cœur des-quelles les humains sont plongés et dont ils participent. » (2) Si Esther Hoareau travaille à partir de photographies réalisées lors de différents voyages, l’image finale ne sera ancrée dans aucun territoire, mais plutôt dans un mix, un collage de ses rencontres. Il s’agit autant de l’Islande que de La Réunion, des images réalisées sur place auxquelles s’agrègent d’autres fournies par la Nasa ou par un microscope. Par la fabrication d’images de paysages hybrides, l’artiste favorise une déterritorialisation. « J’aime l’idée que cela pourrait se passer sur une autre planète ». (3) Les indices pouvant tendre à une identification sont rares. De la terre ferme au cosmos en passant par l’océan, le ciel, l’infiniment grand et l’infiniment petit co-habitent au sein de paysages qui nous sont étrangement familiers et pourtant totalement inconnus. Face aux images, à nous d’embrasser une étrangeté et d’apprivoiser un secret.

Julie Crenn

Extrait du catalogue “Le soleil danse autour de nos têtes” de l’exposition éponyme

——————-

1 Les intertitres du texte sont extraits de titres ou de chansons de Björk. Si nous partageons avec Esther Hoareau un amour inconditionnel pour la chanteuse islandaise, je dois aussi dire que lorsque je regarde ses œuvres la voix et les sons de Björk proviennent de manière quasi immédiate.

2 Besse, Jean-Marc. La Nécessité du paysage. Marseille : Parenthèses, 2018, p.11-12.

3 Toutes les citations de l’artiste sont issues d’une conversation menée dans son atelier à l’Hermitage-les-bains, le 30 janvier 2020.

Biographie

Née en 1976, Esther Hoareau vit et travaille à la Réunion. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Dijon, elle a aussi étudié à l’Université d’art de Nagoya au Japon et à l’ESA Réunion où elle enseigne depuis 2013. Son travail a été vu en France, au Brésil, en Italie, au Japon, en Afrique du Sud, à Cuba et en Islande.

Partenaires

newsletter

Restez informés,
abonnez-vous à notre newsletter

Fonds Régional d'Art Contemporain de La Réunion
6, allée des Flamboyants Stella 97424 Piton Saint-Leu
T. +262 (0)2 62 21 80 29 contact@fracreunion.fr
mentions légalesdonnées personnelles

Ministère de la Culture Région Réunion

Le FRAC RÉUNION est financé par l’État et la Région Réunion

scotta